Pourquoi Macron peut devenir Président en mai si Valls est éliminé dimanche

macron_4

Si les élections étaient perçues par les électeurs comme un jeu d’échec, que l’on soit pour François Fillon ou pour Marine Le Pen, il faudrait clairement aller voter dimanche pour Manuel Valls et ainsi éliminer Benoît Hamon de la primaire socialiste. De la même manière si l’on est pour Emmanuel Macron, c’est pour Benoît Hamon qu’il faudrait glisser un bulletin dimanche prochain. Voilà pourquoi :

Hypothèse 1 : Hamon gagne la primaire, Valls est éliminé

Lors de la présidentielle, la gauche de la gauche sera répartie entre Mélenchon et Hamon qui feront tous les deux un score médiocre.
Emmanuel Macron récupèrera alors la majeure partie de la gauche restante ainsi que le centre et même le centre-droit qui refusera de voter pour François Fillon qu’il estime trop conservateur.
Avec cet électorat qui va de la gauche au centre droit, Emmanuel Macron a une réelle chance de dépasser le candidat prévu par les sondages comme futur 2e : à priori François Fillon mais peut-être aussi Marine Le Pen (ils sont au coude à coude autour de 25%).

a) Un second tour Marine Le Pen / Emmanuel Macron
Si Macron dépasse Fillon au premier tour et se retrouve face à Marine Le Pen au second, il l’emportera à coup sûr. Les électeurs de gauche voterons pour lui sans se poser de question et les électeurs de droite pour la très large majorité également. C’est cependant probablement face à lui que Marine Le Pen fera son meilleur score au second tour, ce qui explique pourquoi elle souhaite tant se retrouver face à Macron.
=> Macron sera élu.

b) Un second tour François Fillon / Emmanuel Macron
Si Macron dépasse Marine Le Pen au premier tour et se retrouve face à François Fillon au second, il l’emportera aussi très probablement. Les électeurs de gauche voteront pour lui, là encore, sans se poser de question et les électeurs du centre-droit aussi majoritairement. Le report des électeurs du FN ne sera pas du tout automatique et la dynamique autour d’un Macron « surprise du premier tour » jouera en sa faveur.
=> Macron sera élu

Hypothèse 2 : Valls gagne la primaire, Hamon éliminé

Si Valls gagne la primaire, étant donné qu’il est positionné sur une ligne politique proche de celle de Macron, il risque de partager avec lui – lors du premier tour de la présidentielle – le score de la gauche.

La gauche de la gauche sera rassemblée autour de Mélenchon qui fera un score honorable. La gauche et le centre-gauche se répartiront entre Valls et Macron et le centre-droit ira sur Macron. Macron fera donc un meilleur score que Valls mais ce score sera largement insuffisant – affaibli par la présence de Valls – pour se hisser à la 2e place qu’il laissera à Fillon ou MLP selon l’ordre des résultats de ces deux candidats. Nous aurons donc un deuxième tour Fillon / Le Pen avec une victoire nette de Fillon.
=> Fillon sera élu.

Si Benoît Hamon gagne la primaire socialiste dimanche prochain, Emmanuel Macron a donc une réelle chance de gagner la présidentielle. Si Valls gagne alors Macron sera 3e après Le Pen et Fillon. Le seul paramètre qui peut tout faire basculer est la décision de François Bayrou…. Nan je rigole : 0 impact, 0 influence. C’est ce qu’on appelle en probabilité « un événement indépendant ».

Que vous soyez pour Macron, Fillon ou Le Pen, vous savez donc pour qui aller voter dimanche à la primaire de la gauche. Sortez les popcorns !

La défaite des juifs de France

img_1478

Je reviens de la manifestation qui a eu lieu devant l’ambassade d’Israël (pourquoi devant l’ambassade d’ailleurs ?). Cette manifestation avait pour objectif d’affirmer avec force le désaccord de la communauté juive de France concernant la conférence – organisée ce jour à l’initiative de François Hollande – visant à trouver une issue au conflit israélo-palestinien sans la présence d’Israël et de l’Autorité Palestinienne.

Cette conférence n’a aucun intérêt et aucune chance d’aboutir à quoi que ce soit de concret. Après la résolution honteuse votée notamment par la France de François Hollande qui fait du mur de Jerusalem une « colonie » israélienne – et qui en dit long sur le parti pris du gouvernement – comment penser un seul instant qu’Ayrault et son équipe de bras cassés arriveront à résoudre le conflit israélo-palestinien sans israélien et sans palestinien ?! C’est un peu comme si une conférence était organisée pour que les français fassent la paix avec les Daeshois après le vote d’une résolution qui déclare que la Tour Eiffel est une terre d’Islam.

Mais le sujet n’est pas là. Le sujet est d’analyser comment notre communauté s’organise pour garder sa place dans la société française : une place menacée de plus en plus par l’antisionisme – qui n’est autre que de l’antisémitisme autorisé par la loi – d’abord toléré, puis utilisé par nos politiques, surtout de gauche, pour gagner le vote musulman. Comment la communauté juive fait face à ce problème majeur qu’elle semble être seule (hormis quelques amis) à réaliser ?

La communauté juive n’est pas qu’une seule voix. Comme le dit le dicton : 2 juifs, 3 avis.

Il y a ceux qui partent
La majorité d’entre eux sont attachés à la France mais ils ont baissé les bras. Ils n’y croient plus et ils ne se sentent plus chez eux en France. Beaucoup sont partis en Israël. Ils ne sont pas partis par lâcheté. Bien souvent leur niveau de vie baisse drastiquement là bas. Ils sont partis parce que pour eux : il n’y a plus d’espoir pour les juifs de France et ils ne veulent pas que leurs enfants grandissent dans ce climat de haine. Ils ne se sentent plus en sécurité en France malgré l’armée et la police devant leurs synagogues et leurs lieux culturels.

Il y a ceux qui rejoignent des associations/organisations
Ceux là sont volontaires et combatifs mais de moins en moins nombreux et éparpillés dans une multitudes d’organisations qui font toutes la même chose et tiennent peu ou prou le même discours. Bien souvent les membres sont là parce qu’ils ressentent le besoin de faire quelque chose mais ils se lassent vite face à l’inefficacité des actions et la perte de temps que cela représente au détriment de leur famille et de leurs amis. Incapables de s’organiser, plus préoccupées par des luttes de petits chefs et la concurrence entre elles, ces associations rassemblent au maximum quelques centaines de personnes – âgées de 50/60 ans majoritairement – dans les manifestations.

Le cas du CRIF
Le CRIF est censé représenter les organisations juives de France mais en réalité ne représente pas grand chose d’autre que lui même. Ce qui n’est pas toujours un mal ! Elle est la seule organisation juive capable de déplacer des personnalités politiques de premier plan à ses événements et de mener des actions d’envergure. Son discours lissé, lissé et re-lissé pour qu’il passe partout détourne beaucoup de juifs qui ne se sentent plus représentés par cette organisation.

D’une manière générale, le combat communautaire a peu de chance d’aboutir à quoi que ce soit : les juifs représentent moins d’1% de la population française.

Il y a ceux qui ne veulent pas voir
La majorité des juifs de France sont dans ce cas. C’est probablement le plus simple : ne pas voir ou voir le moins possible. C’est moins anxiogène. Malheureusement la réalité les rattrape souvent. Jusqu’à quand pourront-ils regarder ailleurs ?

Il y a ceux qui s’auto-flagellent / les juifs honteux
Ont-ils besoin d’une description ? La détestation de soi relève de la psychiatrie.

Quel constat pour la communauté juive de France ?

– Elle n’a pas su empêcher le BDS et assimilés de faire leur place et de décomplexer l’antisionisme et donc l’antisémitisme
– Elle n’est plus mobilisée et peu organisée. Lorsqu’elle manifeste pour se faire entendre, elle ne rassemble que quelques centaines de personnes et très peu de jeunes.
– Lorsqu’il y a des manifestations pro-Gaza, elle rase les murs (et on comprend pourquoi !)
– Elle ne croit plus que les choses peuvent changer.

Les juifs perdent petit à petit leur place dans la communauté nationale.

La communauté juive de France a perdu.

Merci Israël

il

Merci Israel de faire face, toujours avec tant de dignité, aux condamnations injustes du monde et à l’acharnement de l’ONU contre toi. Sur l’année 2015 tu as été condamnée 20 fois par des résolutions de l’ONU alors que la Syrie ne l’a été qu’une fois !

Merci Israel de te battre depuis plus de 70 ans, au prix de la vie de milliers de tes enfants, pour être encore là aujourd’hui et offrir la sécurité à tes habitants. En France, et en Europe plus généralement, nous n’osons plus aller en cette période de fin d’année sur nos marchés de Noël, tu te rends compte ?

Merci Israel d’avoir toujours su garder une attitude juste et fait preuve de retenue face à tes ennemis, même dans les pires circonstances. Le conflit israélo-palestinien a fait 8000 morts ces 20 dernières années (israéliens et palestiniens) là où le conflit en Syrie en a fait plus de 300 000 en 5 ans. La population palestinienne connaît d’ailleurs une croissance ininterrompue depuis que tu existes.

Merci Israel d’être une terre de liberté, la seule de la région, où juifs, chrétiens et musulmans peuvent vivre leur foi sans être inquiétés.

Merci Israel de me permettre à moi, juif de la diaspora, de savoir que lorsque la situation sera intenable en France voire dangereuse, j’aurai avec ma femme et mes enfants, ma place chez toi. Cette chance, malheureusement, mes compatriotes chrétiens ne l’ont pas. Et mes coreligionnaires ne le réalisent pas toujours…

Merci Israel, malgré toutes les difficultés que tu connais, de parvenir à être en même temps un vivier d’innovations technologiques reconnu dans le monde entier et qui nous inspire.

Quelle que soit l’intensité de la détestation contre toi, on sait ce que tu es réellement et on sera toujours là pour te défendre. Que l’on soit croyant ou non, tu incarnes l’histoire de notre peuple. Ils peuvent réécrire l’histoire tant qu’ils veulent, personne ne pourra jamais nous enlever cela.

Ne faiblit pas. Comme le dit cette phrase célèbre de Golda Meir toujours tristement d’actualité : « Nous préférons vos condamnations à vos condoléances ».

Lettre à Gilbert

Capture d’écran 2016-12-16 à 09.11.18.png

Mon cher Gilbert,

Quelle tristesse d’apprendre ce matin que tu es parti. Tu fais partie de ces personnes que l’on rencontre dans la vie et qui marquent pour toujours.

Ma grand mère répétait souvent que l’on est « de passage » sur Terre. Ce qui est sur c’est que tu n’y es pas passé pour rien. Tu as fondé une belle et grande famille et surtout tu as su fédérer comme personne. Tu as fait de ta maison la maison du bonheur. Une maison toujours ouverte à tous. On peut même dire que tu as « industrialisé » le fait de rassembler tes frères. C’était presque un métier. Des grands moments de partages, toujours dans cette même bonne ambiance et dans cette tradition juive authentique. Tout le monde était toujours heureux de se rassembler autour de toi. Tu as même réussi à me faire venir à un cours de Thora !

Je suis persuadé qu’aujourd’hui le nombre de personnes qui te pleurent est hors norme. On est tous conscient qu’il sera difficile de prendre la relève. Sache que ta générosité et ce rôle de père juif fédérateur que tu incarnais si bien sont une véritable source d’inspiration pour nous tous. Merci pour ce que tu as été, merci pour tout. Pars tranquille.

FDC

L’ONU : cette organisation qui ne sert à rien

Plus de 300 000 morts en Syrie depuis 5 ans. Qu’a fait l’ONU ? Voici le bilan :

  • 23 résolutions votées en 2015 : 20 étaient contre Israël, une seule contre la situation en Syrie, une contre le non respect des droits de l’Homme en Iran et une contre le non respect des droits de l’Homme en Corée du Nord. Les précédentes années c’est à peu près la même chose : que des condamnations contre Israël. À titre de comparaison, le conflit israélo-palestinien a causé la mort d’environ 8000 personnes (palestiniens et israéliens) sur les 20 dernières années.
  • Elle a mis l’Arabie Saoudite à la tête d’une instance stratégique du Conseil des droits de l’Homme.
  • Elle s’est réunie
  • Elle s’est indignée
  • Elle s’est réunie

Et pendant ce temps, on meurt à Alep. Il est temps d’arrêter cette mascarade et de dissoudre l’ONU.

Chers électeurs de gauche: votre haine vous a rendu aveugles

img_0635

Vous étiez 15% à être allé voter hier à la primaire de la droite et du centre (et peut-être même plus si l’on considère que la moitié des 14% « sans préférence » sont plutôt de gauche). Votre motivation : faire barrage à Sarkozy.

Avec 70% des sympathisants de gauche qui ont voté pour Juppé hier, on peut le dire : il vous doit sa place au second tour. Que se serait-il passé sans vous ? Sans doute, Fillon aurait été malgré tout très nettement en tête face à Sarkozy mais le 2e tour aurait été un face à face Fillon / Sarkozy. Avec son avance, Fillon aurait certainement gagné… ou pas. On ne le saura jamais.

Ce qui m’intéresse ici c’est votre motivation ou plutôt cette passion dans la haine anti-Sarkozy qui vous a poussé à vous déplacer à une primaire de la droite un dimanche de mauvais temps et à dépenser 2€. Maintenant que c’est fait, que vous avez atteint votre objectif, que vous êtes « rassurés », vous serez sans doute beaucoup moins nombreux dimanche prochain. La conséquence, si je ne me trompe pas dans mon analyse, sera sans appel pour Juppé qui peinera sans doute à atteindre 25%.

L’ironie de l’histoire, c’est qu’en vous focalisant sur Sarkozy comme s’il était le diable incarné, vous en avez oublié toute rationalité. Vous êtes aujourd’hui soulagé de l’avoir éliminé. Pourtant après Juppé (et NKM), il était clairement le candidat le plus proche de vous du groupe. Votre haine envers lui vous a totalement empêché de le voir.

Vous avez voulu faire barrage à Sarkozy – après l’avoir dénigré pendant 10 ans – en allant voter Juppé à la primaire, alors vous aurez Fillon. Il gardera certainement un cap bien à droite sans vous ménager. C’est peut-être une bonne nouvelle pour la France, mais vous… Vous allez pleurer et ça sera bien fait pour vous !

Primaires de la droite : le fantasme du sauveur

superzero

Le gagnant de la primaire de la droite a de fortes chances d’être le prochain Président de la République Française. Dès lors, il s’agit donc de nommer celui qui va nous « sauver » de ces 5 années de François Hollande. Celui qui va nous « sauver » des années Sarkozy. (Oui, à force d’avoir entendu les pires horreurs sur Sarkozy pendant 10 ans, même une grande partie de la droite a fini par se laisser convaincre qu’il fallait « tout sauf Sarkozy ».)

Tout le monde a envie de le trouver. Tout le monde en a tellement envie qu’il voit – ou plutôt qu’il se persuade de voir – en chaque candidat alternativement, un sauveur. Même Jean-Frederic Poisson, bras droit de Christine Boutin, a eu ses heures de gloires !

Alain Juppé

C’est le fantasme Alain Juppé qui a duré le plus longtemps. Ce dinosaure de la politique – qui possède à son actif l’une des plus grande révolte sociale depuis mai 68 avec le « plan Juppé » de 1995 – a, pour une raison obscure, été considéré pendant plusieurs mois comme le sauveur alors qu’il incarne certainement ce qui ressemble le plus à la politique que plus personne ne veut : une politique molle et langue de bois, des expressions venues d’ailleurs, une méconnaissance totale de la réalité des français, etc. On peut aussi parler de Bordeaux… Eh hop ! Prisunic !

François Fillon

C’est l’étoile montante. Il a envoyé chier Pujadas et depuis, cette droite en rut de candidat sauveur le veut comme Président ! Il faudrait quand même se rappeler que François Fillon a été pendant 5 ans le Premier Ministre de celui qu’ils ne veulent plus et qu’à aucun moment il n’a décidé de démissionner. Il a donc approuvé la politique qui a été menée et la manière dont elle a été menée. François Fillon et Nicolas Sarkozy ont d’ailleurs un programme très proche.

François Fillon est le candidat qui représente le plus la droite conservatrice. Même s’il a déclaré qu’il ne s’en prendrait pas à l’IVG s’il est élu, il a précisé que par « convictions personnelles » (comprendre « religieuses »), il ne considérait pas que le droit à l’IVG soit un droit fondamental et qu’il était contre. Ce genre de posture de la part d’une personnalité politique de ce niveau contribue à légitimer le débat anti-avortement. Ça n’est pas très motivant. Mais que l’on ne s’y trompe pas, il s’agit là d’une posture vis à vis de cette partie de la droite qui passe ses dimanches à la manif pour tous… D’ailleurs ça lui a valu d’être soutenu par Sens Commun, le mouvement politique de la Manif Pour Tous.

Nicolas Sarkozy

En 2007, comme beaucoup de français j’avais voté pour Nicolas Sarkozy. Il incarnait l’espoir. Un nouveau style de Président : dynamique, moderne, accessible, plus proche de nous. Même si on pouvait critiquer son style, ses manières, il y a une chose dont nous ne pouvions pas douter, c’est sa volonté de tout donner pour la France.

En 2012, aussi comme beaucoup de français, j’ai fait partie des déçus. Il n’a pas été assez loin et pour dresser un bilan, la crise n’a rien arrangé. On l’a accusé d’être responsable de l’endettement de la France pendant son mandat alors que notre pays a été frappé par l’une des pires crises économique un an après son élection. On l’a accusé d’avoir été un Président clivant quand il a créé le Ministère de l’Identité Nationale. Avait-il tort d’anticiper en 2007 la crise identitaire que l’on allait traverser ?

Nous récoltons les fruits aujourd’hui de nombreuses mesures de l’ère Sarkozy, je pense notamment à la loi TEPA qui a contribué fortement au dynamisme que la France connait dans le monde de la tech aujourd’hui.

L’un des volets de cette loi permettait aux personnes assujettis à l’ISF d’investir dans des entreprises en défiscalisant 75% des montants investis de leurs impôts. Cette mesure a énormément dynamisé les investissements dans les startups françaises à une époque où la crise de 2008 faisait des ravages partout ailleurs. 8 ans après nous avons une belle « French Tech » – dont le gouvernement actuel se gargarise – avec des startups valorisées à plus d’1 milliard. Sans cette mesure de Sarkozy nous n’y serions pas ou du moins pas autant. Il faut rendre à César ce qui appartient à César…

Mais il y a eu des fautes de casting dramatiques (c’est personnellement ce qui m’a le plus déçu chez Sarkozy) : Christine Boutin, Nadine Morano, Eric Besson, Eric Woerth, etc. Et la conséquence a été sans appel en 2012 : ceux qui le détestaient en 2007 le détestaient davantage et ceux qui l’avaient soutenu étaient déçus.

 

Aujourd’hui, après 5 ans de François Hollande, la France fait face à plusieurs enjeux prioritaires. Elle ne remonte pas la pente comme le font l’Allemagne ou l’Angleterre. Il faut un homme ou une femme déterminé, avec l’expérience, l’énergie et la modernité de comprendre les enjeux. Prenez le temps de comparer, prenez le temps de l’écouter et de lire les programmes. Nous ne pouvons pas nous payer le luxe de nous tromper.