Et le César est attribué à… la haine de la France

oulaya-amamra-recoit-le-cesar

Il ne vous a certainement pas échappé que depuis quelques jours le métier de « Tweet digger » ( = déterreur de tweet) est très porteur.

Ça a commencé par Mehdi Meklat « l’icône des banlieue », encensé par toute la presse bien pensante, qui s’est révélé – grâce à ses tweets – être aussi un antisémite de la pire espèce, ce qui n’est malheureusement pas du tout incompatible avec son statut de modèle pour les banlieues… Aujourd’hui, cette presse qui a eu comme premier réflexe de le défendre avec l’argument vaseux du « double maléfique » commence à le dénoncer en jouant les vierges effarouchées. Comment ? Nous ne savions pas ? Quelle histoire incroyable ! Un jeune de banlieue si cool antisémite, my god ! Alors que leurs vieux tweets démontrent le contraire. N’est-ce pas Pierre Siankowski, patron des Inrocks ?

Pourtant le cas Meklat n’est pas du tout un cas unique. Qui connait Olivier Sauton ? À en croire Telerama, il faut absolument aller voir sa pièce. Et pourtant Sauton n’a rien à envier à Meklat en matière de tweets antisémites. Une vraie ordure comme vous pouvez le voir :

Peut-être faudrait-il décerner un prix chaque année ? Le prix de « l’artiste » le plus antisémite de France. Le prix de « l’artiste » le plus homophobe. Le prix de « l’artiste » le plus raciste ou encore celui qui déteste le plus la France. Oh wait ! Ça existe déjà.

Si comme moi vous n’avez pas pu regarder l’intégralité de la soirée des Césars parce que c’était trop chiant, vous avez sans doute regardé le palmarès. Le film « Divines » a été couronné de 3 Césars.

Sa réalisatrice, Houda Benyamina, postait 2 jours après les attentats du 13 novembre une illustration qui exprime qu’Israël et les États Unis sont derrière l’Etat Islamique.

c5ejgg6waaav6tr

L’actrice qui a reçu le César du meilleur espoir féminin, Oulaya Amamra, quant à elle a posté ce genre de tweets racistes, homophobes ou anti-france il y a quelques années :

Ce qui se passe est dramatiquement grave. La bien-pensance est incapable du moindre discernement lorsque le coupable n’est pas d’extrême droite. Pire, lorsqu’il s’agit d’un jeune de banlieue, elle l’encense, le récompense et offre ainsi un boulevard à ses idées nauséabondes. Il n’y a pas de bons et de mauvais racistes. L’antisémitisme des banlieues serait-il moins graves que l’antisémitisme des nazis ? Le racisme anti-blanc moins grave que le racisme anti-noir ou anti-rebeu ?

Voilà comment les thèses du PIR (parti des indigènes de la République, mouvement raciste et anti-français) ou du BDS (mouvement antisémite qui appelle au boycott d’Israël) font leur chemin. Ces bien-pensants sont les collabos d’aujourd’hui. Par leur passivité et leur aveuglement, ils sont les complices criminels de la propagation et de la démocratisation de cette haine.

Quand comprendrez-vous que plus personne ne peut vous blairer ?

collabos

Mediapart, Bondy Blog, Libération, Les inrocks, Le Monde, L’Obs, Telerama, France Culture, France Inter, quand comprendrez-vous que plus personne ne peut vous blairer ?

On vous entend. Qu’est-ce qu’on vous entend ! On n’entend que vous en fait.

Vous hurlez, à juste titre, lorsque Théo est victime de violences par des policiers mais vous vous taisez lorsque qu’une voiture de police est incendiée alors que des flics sont encore à l’intérieur.

Vous prétendez défendre « les discriminations en tout genre », alors que les seules discriminations contre lesquelles vous luttez sont celles qui visent les noirs et les arabes et éventuellement les juifs lorsque le coupable est d’extrême droite.

Il y en a pourtant d’autres des discriminations…

Outre celles que vous faites vous même quotidiennement à l’encontre du riche, du patron, de celui qui travaille dans la finance, du mec de droite, etc. Il y a celles que vous n’osez pas dénoncer.

Celles qui nourrissent la haine des quartiers : La haine de la liberté, la haine du juif sioniste, la haine du flic. Je suis Charlie. Je suis juif. Je suis flic. Ça vous dit quelque chose ?

Oui c’est bien cette haine qui nourrit l’idéologie islamiste dont vous n’osez pas parler. Cette haine a pourtant la triste caractéristique d’avoir tué des centaines de nos concitoyens. Vous préférez passer du temps à nous expliquer qu’il s’agit là de  « terroristes français » – comme si c’était ce qu’il y avait de plus déterminant – plutôt que de comprendre le cheminement de fabrication de ces monstres, les idées dans lesquelles ils baignent et les combattre.

Pire, vous moquez ceux qui ont le malheur de s’y attaquer même lorsqu’ils sont de gauche comme Laurent Bouvet ou Céline Pina. Vous les cataloguez immédiatement pour les disqualifier : réacs ! fachosphère ! En revanche, quand un Mehdi Meklat tweet des horreurs, vous le trouvez « drôle à mourir« .

Voilà comment votre bien-pensance a gangréné la gauche et une partie de la droite qui n’osent plus défendre la laïcité ou le féminisme (le vrai, pas celui qui défend le port du voile par « féminisme »). Ces combats vous les avez laissé à Marine Le Pen. C’est le rejet de tout ce que vous incarnez et de ce que vous inspirez qui font d’elle la seule personnalité politique qui n’a aucun doute d’être au deuxième tour de notre présidentielle et dont l’électorat est de loin le plus solide. Bravo !

Vous croyez incarner la lumière mais depuis des années vous nous conduisez vers l’obscurité. Vous ne luttez pas contre les discriminations en tout genre comme vous le prétendez. Vous prenez simplement une posture. Vous vous donnez un genre. Vous n’avez aucune conviction et aucune valeur. De plus en plus de voix s’élèvent contre vous. Même la LICRA vous dénonce. Il est temps que vous rendiez des comptes et accessoirement que vous fermiez votre gueule.

Lettre ouverte au CRIF et à ceux qui s’acharnent sur Léa Salamé

20a9a51d7f913a26d05c4436fb891f25

Le 10 février dernier, Léa Salamé était face à Marine Le Pen dans l’Emission Politique. Elle a posé une question très pertinente sur la bi-nationalité franco-israélienne de certains juifs français mais dont la première formulation prêtait à confusion, formulation qu’elle a immédiatement corrigée en reposant la question :

« Est-ce que vous demandez aux Juifs français de renoncer à leur bi-nationalité israélienne ? »
« Donc vous demandez aux juifs français qui nous regardent de renoncer s’ils voulaient avoir la double nationalité israélienne ? »

La première formulation aurait été maladroite si elle n’avait pas été immédiatement reformulée mais elle l’a été donc il n’y a pas de sujet.

Dans la pratique, tous les juifs français et plus généralement tous les juifs du monde peuvent demander (et obtenir) la nationalité israélienne. Ça ne veut pas dire que tous les juifs français ont la bi-nationalité mais bien qu’ils peuvent l’avoir. La question de Léa Salamé n’est donc absolument pas critiquable.

J’ajoute que je remercie Léa Salamé de l’avoir posée à Marine Le Pen. Elle a permis d’ouvrir les yeux à certains juifs – de plus en plus complaisant avec le Front National – en leur faisant comprendre qu’ils ne seraient pas épargnés par le repli sur soi de ce parti si MLP se retrouvait au pouvoir.

Mais certains, au lieu de s’intéresser à la réponse de Marine Le Pen ont jugé utile de polémiquer sur du vent et de s’acharner sur Léa Salamé voire de la traiter d’antisémite. Le CRIF, dans une publication Facebook déclare : « Les citoyens français juifs sont profondément choqués par cette affirmation qui rappelle les vieilles rengaines antisémites de double allégeance. ».

Le CRIF devrait passer un peu plus de temps, pour se détendre, à lire la presse people. Ils apprendraient que Léa Salamé partage sa vie avec Raphaël Glucksmann (qui est juif, je précise just in case) et qu’elle est enceinte de lui.

Le CRIF devrait aussi se remettre un peu en question. Ils dénoncent l’organisation juive qui a rencontré des cadres du FN parlant d’un « cordon sanitaire autour du FN » qui serait un « impératif républicain » pour les juifs mais concrètement ils n’endiguent en rien, avec de vrais arguments à l’appuie, le nombre croissant de juifs qui se font berner par le FN.

Léa Salamé a donc réussi en moins d’une minute à faire ce que le CRIF n’a pas su faire ces dernières années avec les juifs français qu’il prétend représenter.

Bravo Léa

Et si nous étions à 3 mois du cauchemar total ?

4508759_2b1a2592

D’après les derniers sondages, c’est Marine Le Pen qui reste inébranlable, en tête du premier tour, avec un score autour de 25%. Elle est suivie à présent par Macron autour de 20-22%, par Fillon à 18-20%, par Hamon à 15-16% et par Mélenchon autour de 10%.

Il y a 2 semaines, personne n’avait le moindre doute sur l’hypothèse d’un 2e tour Fillon / Le Pen. Le rebondissement de l’affaire Penelope semble à présent écarter cette hypothèse. C’est donc probablement un deuxième tour Le Pen / Macron que nous aurons avec une nette victoire de Macron.

Mais si la campagne n’était pas au bout de ses rebondissements ? Si Hamon faisait un accord avec Mélenchon pour s’assurer une place au 2e tour ? À eux deux, ils totaliseraient un score largement suffisant pour distancer Macron et se retrouver au 2e tour face à Marine Le Pen (autour de 25% voire un peu plus si Jadot se désistait aussi).

Nous aurions donc comme choix : d’un côté l’extrême droite de Marine Le Pen qui prône un retour au franc et un repli sur soi avec un gouvernement angoissant avec des Gollniche en ministre, et de l’autre l’extrême gauche d’Hamon/Mélenchon, qui a abandonné depuis longtemps les valeurs de la France par clientélisme, toujours prête à collaborer avec ceux qui soutiennent l’islamisme et qui prévoit de payer tous les français à ne rien foutre.

Plus j’imagine ce scénario catastrophe et plus je me dis que pour la première fois de ma vie, je serai dans l’incapacité totale d’aller voter tant les deux options ne m’inspirent de manière égale que le dégoût.

Alors pour éviter ce scénario, que devrions nous faire ? Fillon et Macron sont très différents mais pouvons-nous nous payer le luxe d’avoir un candidat de gauche libérale et un candidat de droite pour ainsi préserver le choix gauche/droite dont nous avions l’habitude ? Le choix entre la droite et la gauche n’est malheureusement plus le choix de la France. Nous devons le prendre en considération : la France a changé.

Beaucoup de français sont écoeurés et ne veulent plus des partis traditionnels. Quitte à s’auto-flageller, ils veulent un changement radical. Si nous nous retrouvons à devoir choisir entre Hamon/Mélenchon et Marine Le Pen, nous aurons 5 années de cauchemar. Si Hamon et Mélenchon fusionnent, il faudra donc que Fillon fasse preuve de responsabilité et se retire définitivement (sans remplacement par un autre candidat de droite) pour éviter ce scénario catastrophe. Mais est-ce réaliste de penser qu’il le fera et que la droite acceptera de se retirer alors qu’elle se voyait triompher quelques semaines avant ?

Pourquoi je vais voter pour Emmanuel Macron

16426169_10154333918878575_2195562113801980008_n

Il y a 2 semaines, j’écrivais : « Pourquoi Macron peut devenir Président en mai si Valls est éliminé dimanche ». L’affaire Penelope Fillon n’avait pas encore eu lieu. À présent, alors que l’électorat de droite a des incertitudes sur son candidat, c’est le bon moment pour partager mes réflexions sur le sujet.

La gauche : c’était mieux avant

J’ai toujours voté à gauche jusqu’en 2007, jusqu’à ce que la gauche – ou du moins la majorité de la gauche – oublie certaines de ses valeurs fondamentales. Pour moi les gens de gauche étaient plus smart, pensaient aux autres, luttaient pour des causes justes. Mais un jour, la gauche s’est mise à prendre des postures, des caricatures de la gauche, peu importe que le combat soit juste ou non, si cette posture donne l’impression que l’on est humaniste, alors il faut la prendre. C’est une nouvelle gauche : la gauche du genre.

Cette gauche qui « n’aime pas les riches », mais qui se moque des plus démunis en les appelant des « sans-dents ». Cette gauche qui se dit proche du peuple mais dont la Ministre Delphine Batho occupait un HLM au détriment d’une famille réellement dans le besoin. Cette gauche dont le Ministre censé lutter contre la fraude fiscale possède lui-même un compte en Suisse. Cette gauche qui stigmatise les entrepreneurs en les diabolisant sans réaliser le mal qu’elle fait aux salariés qu’elle est censée défendre.

Cette gauche du genre – parfaitement incarnée aujourd’hui par Benoit Hamon – pactise en plus avec le diable quitte à oublier ses valeurs, notamment de laïcité, pour gagner des voix. C’est rédhibitoire. C’est cette gauche, même si je me reconnais dans certains de ses combats comme le mariage pour tous ou l’écologie, qui n’aura plus jamais mon vote.

La droite : c’est comme avant

Depuis c’est donc le plat de droite que je mange mais je dois avouer que je ne le digère pas toujours tout très bien. Même si, aussi absurde que cela puisse paraitre, on ne peut que constater aujourd’hui que la droite catho conservatrice défend mieux la laïcité que la gauche, mais il faut avaler avec les Morano, les Boutin et la manif pour tous, blurp.

Pour remplacer Sarkozy – qui était bien plus moderne malgré toute la détestation qu’il a suscité – cette droite là a choisi Fillon comme candidat. Retour donc vers une vieille droite conservatrice à l’ancienne. Et je ne parle même pas de l’affaire Penelope Fillon. Pour moi, c’est non.

Avec Macron, balle au centre ? Non, pas du tout.

Avec Macron, nous ne sommes pas au centre. Nous sommes là où le bon sens doit être. Economiquement libéral, moderne et pleinement capable de comprendre les enjeux du monde d’aujourd’hui, en rupture sur l’approche de la politique et responsable sur les questions de société. Je prends le pari que Macron connait le prix du ticket de métro, du pain au chocolat et qu’il connait Blablacar et Le Bon Coin.

Je cherche ce que je pourrais reprocher à Macron. Sincèrement à part ses cris en meeting et sa tirade sur Trump « l’américain » qui étaient un peu gênants, je suis en phase avec tout ce qu’il dit.

Voilà en vrac, quelques idées fortes de Macron qui me donnent envie de voter pour lui :
Sa position sur la laïcité
– Sa manière totalement en rupture de permettre à tout ceux qui le souhaitent de s’investir en politique dans son mouvement et de le représenter aux législatives
– Son souhait d’une totale parité pour les candidats qui représenteront En Marche ! C’est un vrai féministe dans le sens noble du terme.
– La suppression du RSI et l’allègement des charges patronales
– L’accès à la culture pour les jeunes
– Sa position ferme contre le boycott d’Israël (exprimée à nouveau au Liban il y a quelques jours)
– Le fait qu’il ait salué le courage de Simone Veil, ce qui tranche avec les propos de Fillon qui disait « qu’à titre personnel » il était contre l’avortement (même s’il ne remettrait jamais en cause le droit à celui ci).

Il dévoile petit à petit l’ensemble de son programme. Les premières idées sont convaincantes et le bon état d’esprit et les bonnes valeurs sont là. Macron incarne non seulement ce que la gauche moderne aurait du être mais il va plus loin, il incarne une vraie rupture politique. Personnellement, je marche.

 

Plus d’informations sur ce qu’Emmanuel Macron a dit à Lyon hier : http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/02/04/35003-20170204LIVWWW00092-en-direct-meeting-macron-a-lyon-discours-et-analyses.php