L’élection d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris est-elle légitime ?

bertrand-delanoe-et-anne-hidalgo-dans-le-quartier-des-halles-a-paris-le-5-avril-2016_exact1024x768_l

Voilà plusieurs années que l’on nous bassine avec l’affaire Bygmalion : Sarkozy aurait été mauvais joueur et aurait dépensé trop – en connaissance de cause – pour sa campagne de 2012. Tout le monde en parle, tous les médias, Léa Salamé, Pujadas, tout le monde. Pourtant il faudrait quand même rappeler 1) qu’il n’a PAS été élu en 2012, 2) que l’UMP a été épinglée sur ce sujet – puisqu’ils n’ont pas été remboursés des frais de campagne – et 3) que Sarkozy n’a JAMAIS été condamné à ce jour dans cette affaire.

Mais peu importe, chez nos bienpensants préférés, on s’offusque toujours avec la même ferveur sur Bygmalion comme s’il s’agissait d’un crime contre l’humanité… Et pourtant, quand on regarde à gauche, il y a plus grave. Bien plus grave.

Grâce à Bernard de la Villardière dans son excellente émission Dossier Tabou, une affaire – qui n’avait été que très peu relayée – a été révélée au grand jour. La mairie de Paris par clientélisme a fait financer sur le dos du contribuable parisien (que je suis au passage) en contradiction totale avec la loi sur la laïcité de 1905, une mosquée baptisée : L’institut des Cultures d’Islam. Dans un billet sur son blog, un élu au Conseil de Paris explique pourquoi il est contre ce projet. Ce projet phare du second mandat de Bertrand Delanoë – ancien maire de Paris dont Anne Hidalgo a été première adjointe de 2001 à 2014 – remet largement en cause l’élection du PS à la mairie de Paris.

Un courageux Parisien a assigné la mairie de Paris sur cette affaire et l’a faite condamner.
(cher journal Le Parisien, c’est la mairie de Paris qui est pointée en justice pas l’intitut !)

Contrairement à Bygmalion, là il y a une vraie condamnation du tribunal. Et contrairement à Bygmalion aussi, il y a eu une vraie conséquence : l’élection du PS à la mairie.

À la suite de cette condamnation – qui a eu lieu après son élection – Anne Hidalgo a retourné sa veste et suspendu la construction d’un second bâtiment (oui il devait y avoir un second bâtiment !) qui devait à nouveau être financé par la mairie. Bruno Julliard, son premier adjoint avait alors déclaré : « Cette décision ne casse pas la vente (à la grande mosquée de Paris) ni la présence du culte rue Stephenson, mais elle nous empêche de reproduire le même schéma rue Polonceau. »

Alors que des voix ont donc été achetées sur notre dos en brandissant ce projet pharaonique de mosquées financées par le contribuable parisien pour la somme de 28 millions d’euros, peut-on considérer l’élection du PS à la mairie de Paris – celle de Delanoë et maintenant d’Anne Hidalgo – comme légitime ?

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s