Libre de ne pas être libre ?

Capture d’écran 2016-08-29 à 18.35.28

Illustration de Xavier Gorce

En mathématiques, pour démontrer qu’une hypothèse est fausse, on utilise parfois un raisonnement par l’absurde. Le principe est simple : on considère que cette hypothèse est vraie et on regarde le résultat. Lorsque le résultat est absurde, on a alors démontré que l’hypothèse de départ était fausse.

  1. Lorsque j’observe l’association féministe Osez le féminisme défendre le burkini au nom de la liberté de la femme, je me demande quelle est l’hypothèse qui permet d’arriver à un résultat aussi absurde.
  2. Lorsque j’observe que l’Etat français a indemnisé de 18 960 euros Farouk Ben Abbes pour une détention provisoire de trois mois, considérée comme injustifiée alors qu’il est une figure bien connue de la mouvance islamiste depuis 10 ans et un ami proche de Fabien Clain – le jihadiste qui a revendiqué les attentats du 13 novembre – je me demande quelle est l’hypothèse qui permet d’arriver à un résultat aussi absurde.
  3. Lorsque j’observe qu’un prêtre a été égorgé dans son église par 2 jihadistes fichés S en liberté dont l’un portait un bracelet électronique, je me demande quelle est l’hypothèse qui permet d’arriver à un résultat aussi absurde.
  4. Lorsque j’observe Dieudonné faire des spectacles incontestablement antisémites depuis des années, ne prendre que des condamnations avec sursis et devenir tranquillement un maître à penser de ce nouvel antisémitisme qui tue en France, je me demande quelle est l’hypothèse qui permet d’arriver à un résultat aussi absurde.
  5. Lorsque j’observe que le 17 octobre 2015, après les attentats de Charlie et de l’Hypercacher, que des organisations pro-palestiniennes appellent au jihad en toute impunité sur la place de la République à Paris, je me demande quelle est l’hypothèse qui permet d’arriver à un résultat aussi absurde.

Je me suis penché sur la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen, base de notre constitution, ainsi que sur la Déclaration Universelle des droits de l’Homme et je crois que j’ai trouvé.

Il semblerait que ceux qui répètent à longueur de journée que le Coran est mal interprété interprètent aussi très mal la Déclaration des droits de l’homme.

Liberté de conscience (1), présomption d’innocence (2 et 3), liberté d’expression (4 et 5), ils en oublient un article fondamental :

Dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, Article 4 :
La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

Dans la Déclaration Universelle des droits de l’Homme, Article 30 :
Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

Nous sommes donc tous libres mais nous ne sommes pas libres de priver les autres de liberté. C’est pourtant simple non ?

Nous ne sommes donc pas libres d’imposer par pression familiale et/ou culturelle à une femme de se couvrir de la tête aux pieds. J’invite ceux qui douteraient que le voile islamique / burkini pose ce problème (notamment les « féministes » d’Osez le féminisme) à lire cet article de Libé qui date de 2003 : http://www.liberation.fr/france/2003/12/10/leur-voile-j-ai-envie-de-l-arracher_454783
La comparaison avec la kippa ou le port de la croix n’a pas lieu d’être (cf déclaration de Philippot). Aucun individu n’a dénoncé une quelconque pression dont il aurait fait l’objet pour porter une kippa ou une croix.

Pour préserver nos libertés (et nos vies !), l’Etat a le devoir de mettre en détention les personnes qui soutiennent le terrorisme en en étant les artisans et les prêcheurs, d’autant qu’ils ont tous les moyens nécessaires pour les identifier.

La liberté d’expression s’arrête au moment où ce que l’on dit vise à priver les autres de liberté en attisant la haine contre eux ou pire en appelant directement à leur assassinat comme ça a été le cas place de la République.

La République française est dans sa constitution une véritable nation d’amour et de paix. Elle a été il y a plus de 200 ans l’une des premières nations à exprimer ce que la liberté voulait dire. Beaucoup, et même de ceux qui gouvernent la France aujourd’hui, ne le comprennent toujours pas. Le peuple semble l’avoir mieux compris et ne pas être disposé à faire de concession sur sa liberté. En cette période électorale, je ne peux que conseiller à nos politiques d’en prendre de la graine.

Israël : la vision erronée qu’en ont les musulmans de France

IMG_4586

Plage de Tel Aviv – Crédit photo : Marc Israel Sellem / Jerusalem Post

Alors qu’en France le débat sur le burkini fait rage et les tensions entre les communautés sont de plus en plus explosives, j’ai été frappé de voir qu’en Israël où 20% de la population est musulmane, contrairement à ce que l’on pourrait penser, rien ne se passe de la même manière : aucune interdiction de porter le burkini ou le voile, aucun débat sur le halal, l’Islam ne fait pas la Une de l’actu un jour sur deux, etc.

Je suis depuis 3 semaines dans un hôtel de Herzliya, une banlieue chic de Tel Aviv. L’hôtel où je suis est réputé pour sa très grande piscine face à la mer où de nombreux israéliens viennent passer la journée, notamment le week-end. À peine arrivé, je me baigne avec mon fils à coté d’un jeune couple dont la femme porte… un burkini. Pas un regard de travers, pas une personne étonnée. Tout est juste… normal.

Alors que je passe des heures à essayer de convaincre sur Facebook des musulmans anti-israël – qui recrachent la propagande du BDS – qui accusent notamment Israël de pratiquer l’apartheid : quelle ironie ! Peut-être était-ce une coïncidence ? Une exception qui confirme la règle ? Je vous laisse juger :

IMG_4410

Musée Eretz Israel – Exposition sur les dinosaures

La réalité, c’est qu’en Israël, malgré la guerre depuis 70 ans, les musulmans sont respectés. Ils peuvent vivre leur foi, porter les vêtements qu’ils veulent, faire les appels à la prière de leurs mosquées, lire les panneaux routiers puisque c’est systématiquement écrit en hébreu et en arabe, etc. Il suffit de venir en simple touriste pour le constater. Cette haine anti-Israël qui s’exprime en permanence notamment sur les réseaux sociaux est basée sur des mensonges qu’on leur ressasse depuis des décennies. D’ailleurs, on a beaucoup plus de chances de tomber sur un musulman français anti-Israël que sur un palestinien anti-israël ! Il est temps d’ouvrir les yeux.