Vigipirate, Etat d’Urgence : on peut arrêter avec le bullshit ?

13659125_10153779404905840_5979133467649507508_n-2

Quelle tristesse de se réveiller et de réaliser que tout ce qui s’est passé à Nice n’était pas un cauchemar. Quelle colère de voir qu’attentat après attentat, si peu de choses changent.

Nous vivons dans un pays incapable d’assurer son rôle fondamental de protection de ses citoyens.

Après des décennies de critiques virulentes à l’égard d’Israël sur sa manière de gérer le terrorisme, et les soi-disant « réponses disproportionnées », il est temps que la France s’en inspire plutôt que d’aller rendre visite – comme l’a fait Jean-Marc Ayrault mardi – au Hezbollah (organisation terroriste libanaise).

On meurt aujourd’hui largement plus du terrorisme en France qu’en Israël et notre gouvernement a une responsabilité face à laquelle il ne peut se dérober…

Voici quelques mesures concrètes :

  1. La détention administrative (sorte de Guantanamo à la française).
  2. Réintroduire le service militaire : pour responsabiliser la société. Nous sommes en guerre, il faut arrêter de se concentrer uniquement sur nos acquis sociaux et notre petit confort !
  3. Sanctionner massivement les sympathisants : faire preuve d’une tolérance zéro en ce qui concerne le terrorisme et tout le terreau d’incubation qui va autour: complotisme, antisemitisme, haine de la France, à travers notamment de propos sur internet facilement identifiables et sanctionnables massivement.
  4. Fin de la langue de bois : arrêter de prendre les français pour des bleus (dans le mauvais sens du terme) en diluant la vérité dans le but raté d’éviter de faire monter les tensions entre les gens. Plus précisément, commencer par bien nommer les choses pour pouvoir mieux s’attaquer au problème plutôt que de faire comme si seule une infime minorité de gens posait problème.
    Il y a des dizaines de milliers de personnes hostiles sur notre territoire. Certaines ont été en Syrie et sont des « clichés » de terroristes mais pas seulement. L’attaque au couteau de Magnanville n’était qu’un début, je ne serais pas surpris que le terroriste de Nice ait le même profil.
  5. Avoir une logique ultra-sécuritaire : la France a beaucoup à apprendre sur les techniques de protection de ses populations. Tous les sites publics sont sensibles. Il faut une véritable logique de contrôle aux accès, des véritables barrages lorsqu’il y a des foules qui se rassemblent avec des hommes armés pour les protéger.
  6. Un statut particulier pour les terroristes qui ne leur donne aucun droit : À défaut d’une déchéance de nationalité, une déchéance d’humanité. Il est insupportable de voir Abdeslam avoir des revendications de confort et son avocat gesticuler pour le défendre. Un bon terrorise est un terroriste mort. Si l’on ne veut pas réintroduire la peine de mort pour les terroristes alors au moins ne les traitons pas comme s’ils étaient nos semblables.

L’état d’urgence ne doit pas juste servir à emmerder les gens que l’on doit protéger mais à réellement empêcher nos ennemis d’agir ou du moins à limiter fortement leurs possibilités. En Israël, lorsqu’il y a un attentat, le terroriste n’arrive pas à faire plus de quelques victimes avant d’être abattu. À Nice, un 14 juillet, le terroriste a pu parcourir 2km avec son camion ! Il est temps que nous ayons un vrai gouvernement qui assure son rôle fondamental de protection de ses citoyens.