On a tout faux sur le FN

eteindreFN

Depuis dimanche, j’en ai lu et entendu un sacré paquet d’analyses foireuses sur les raisons qui auraient poussé les Français à faire du FN le premier parti de France. Je n’ai par contre entendu aucune solution pour le combattre à part les traditionnelles tentatives de diabolisation.

Mention spéciale aux interventions de Stephane Le Foll et Jean-Marie Le Guen dimanche dernier qui sont très représentatives de tout ce qu’il ne faut pas faire et ne pas dire. Entre le premier qui fait l’autruche en nous expliquant que la gauche est arrivée en tête si l’on cumule gauche + Front de Gauche + EELV + Parti Communiste – Pourquoi ne pas ajouter aussi les gauchers ou encore les mecs qui ont la couille gauche plus grosse que la droite ? – et le deuxième qui nous sert le discours habituel de diabolisation du FN qui ne marche plus « nous les vrais républicains blablabla », quel désespoir !

Pas une réaction, PAS UNE n’explique la vraie raison de cette progression spéctaculaire du vote FN ! Voilà un BestOf des explications bull shit de nos experts ou de nos politiques :
– « Les Français sont désespérés »
– « L’histoire se répète comme en Allemagne après la crise de 29 »
– « La droite et la gauche ont déçu, les Français en ont marre de la politique traditionnelle »
– « C’est un vote sanction »
– « C’est à cause du taux de chômage »
– et évidemment le traditionnel « c’est la faute à Sarkozy »

Et pourtant si toutes ces raisons ont peut-être une petite influence, elles n’expliquent absolument pas la progression spectaculaire du FN. C’est à dire cette progression de 19 points (on est passé de 11% en 2010 à 30% en 2015 sur le plan national !).

En 2010, c’était déjà la crise, il y avait déjà eu des déceptions des politiques gauche/droite, le vote sanction de 2002 avait déjà eu lieu et il créditait Le Pen père de 16,86% (pas 30% !), le taux de chômage était à 9,7% il est aujourd’hui à 10,6%. +0,9% de chômage expliquerait donc +19% de FN ? Ni gauche ni droite, ça veut dire FN ? Ces explications ne tiennent pas debout…

Arrêtons l’hypocrisie, la seule explication qui tienne est simple : la peur de l’Islam.

Petit rappel sur les 8 dernières années

En 2007, de nombreux Français avaient déjà peur de l’Islam. Sarkozy en s’appropriant une partie du discours sur le sujet, jusque là monopolisé par le FN, était parvenu à siphonner une bonne partie de leurs électeurs (le FN fait alors 10,4% contre 16,86% en 2002). Fin 2010 les premiers électeurs ex-FN-2002 de Sarkozy sont déçus. Ils jugent qu’il n’en fait pas assez et reviennent progressivement vers le FN. La loi sur la burqa du 11 octobre 2010 et les diverses polémiques sur l’Islam n’y changeront rien.

Debut 2011 Marine Le Pen devient Présidente du Front National. Elle fait rapidement de l’Islam sa cible privilégiée tout en travaillant la dédiabolisation de son parti. Elle dénonce « l’islamisation de la France » en enchainant les polémiques sur les prières de rue ou sur la viande halal. Elle accuse les partis traditionnels de laisser ce sujet de côté. A gauche, on la pointe du doigt en se « bouchant le nez » comme disait Sarkozy et à droite on s’agite sans se soucier des conséquences.

En 2012, les attentats de Mohamed Merah sont une première illustration qui tombe à point nommé pour Marine Le Pen qui se targue d’avoir mis en garde les Français. Elle en profite et enfonce le clou.

Après 5 ans de matraquage anti-Sarkozy jugé par l’ensemble des médias comme un leader qui dresse les Français les uns contre les autres, la gauche passe. C’est du pain béni pour Marine Le Pen. En 2014, le FN bat son record aux municipales avec 14 villes remportées.

En 2015 tout bascule. Les attentats de janvier plongent la France dans le noir. Marine Le Pen est exclue de la marche républicaine d’union nationale, en retrait, en prenant un air de « seule contre tous » elle continue sa stratégie anti-Islam qu’elle perçoit désormais comme celle qui va la porter à la tête du pays.

Au même moment, le discours se lâche, le sujet de l’Islam et de sa compatibilité avec la République devient un sujet récurrent dans les médias. Cette inquiètude généralisée va lui être évidemment profitable. Les maires FN élus, en particulier Robert Menard, contribuent à maintenir le sujet dans l’actualité avec diverses polémiques (statistiques ethniques, kebabs, etc.) où s’affrontent bien-pensants et islamophobes.

le 13 novembre sera évidemment le coup de grâce démontré par ce raz de marée aux élections régionales. La tolérance zéro tardive du gouvernement – surement efficace pour notre sécurité – n’aura pas sauvé les meubles sur le plan politique.

Le délicat et très casse-gueule sujet de l’Islam

L’Islam en France est un vrai sujet politique. La peur de l’islamisme et de ce qui y conduit est une peur légitime qui concerne tous les Français. Laisser ce sujet au FN est suicidaire. Il donne aux Français un sentiment d’abandon et au FN l’image du seul parti capable de les défendre.

La peur de la stigmatisation et d’une nouvelle chasse aux sorcières anti-musulmane est aussi une peur légitime.

Est-il si compliqué d’avoir les mots justes ? Critiquer l’organisation de l’Islam parfois douteuse en France : financement de mosquées provenant de l’étranger, prêches en arabe qui prônent la haine de l’autre, radicalisation aux yeux de tous (salon de la femme musulmane, rassemblements de l’UOIF avec les intervenants que l’on sait, etc.) sans basculer dans un racisme primaire ?

Peut-on dénoncer cette complaisance de certains musulmans contre laquelle il faut lutter sans être taxé d’islamophobe ? Cette même complaisance d’ailleurs dénoncée par de nombreux musulmans comme Boualem Sansal, Waleed Al-Husseini ou Abdenour Bidar alors que les Mélenchon & co. préfèrent matraquer que « les musulmans n’ont pas à se justifier » et que « l’Islam n’a rien à voir avec ça ». Tout le monde doit dénoncer le fondamentalisme et le rejeter violemment, les musulmans aussi. Il ne s’agit pas de se justifier. Il s’agit d’être unis contre l’intégrisme. Opposer cette dénonciation de l’intégrisme islamique à l’islamophobie contribue à créer une fracture avec les Français musulmans et paralyse toute prise de conscience.

Le FN lutte certes contre l’islamisme mais il le fait de la mauvaise manière et pour les mauvaises raisons. Il suffit d’écouter Marion Maréchal-Le Pen ou de regarder Robert Ménard pour s’en convaincre. Mais il faut reconnaitre aussi que les autres partis ne le font pas et qu’ils ont conduit la France dans cette situation invraisemblable.

La lutte contre l’extrême droite

Depuis le 13 novembre, le gouvernement fait ce qu’il faut pour lutter contre l’islamisme (il était temps !) et il a les mots justes. Même si Tariq Ramadan et ses copains ne trouvent pas mieux que de dire qu’ils ne sont « ni Charlie ni Paris » mais qu’ils sont « perquisitionnables » – comme si l’Etat s’attaquait aveuglément à de pauvres Français qui n’ont rien à se reprocher juste parce qu’ils sont musulmans – les résultats sont là.  Plus de 1600 perquisitions qui ont conduit à la saisie de 266 armes (dont des lances-roquettes !!) et 290 assignations à résidence.

Il faut continuer sans relâche, il n’y a que ça qui fera reculer le FN et l’islamisme. Tant pis pour les bien-pensants d’extreme gauche qui aboient contre l’état d’urgence. L’islamisme est une menace pour notre sécurité et un fléau, il faut en faire un axe politique majeur tout en luttant évidemment contre la stigmatisation. Les politiques ne sont pas à l’aise avec cela, surtout les politiques de gauche, et pourtant combattre l’intégrisme religieux (musulman ou autre) est en principe un combat de prédilection de la gauche qu’ils devraient mener avec fermeté. La laïcité, le féminisme, les droits des homosexuels, les libertés quelle qu’elles soient sont des valeurs qu’ils sont censés défendre. La tolérance aussi, mais elle ne doit pas faire oublier tout le reste. C’est quand même un comble de préférer laisser ce combat à Marion Maréchal-Le Pen (pour ne citer qu’elle) qui est contre l’avortement, ouvertement islamophobe, etc. Au secours !

Si l’on continue à gueuler « FN=Nazis », « ils sont incompatibles avec la République », etc. plutôt que de s’attaquer à leur programme, à leurs incohérences, aux dérapages réguliers de leurs élus, etc. on va dans le mur. Si concernant l’islamisme, on continue à vouloir faire de la bien-pensance au lieu de défendre nos valeurs pour éviter à tout prix d’en froisser quelques uns, on va également dans le mur.

Et voilà à quoi il ressemble le mur

Marine Le Pen sera élue Présidente de la République en 2017. Nous aurons alors des milices comme à Bézier pour faire régner l’ordre, probablement une libéralisation du permis de port d’arme pour que chacun puisse se défendre et évidemment toutes les lois seront bonnes pour faire chier les musulmans (quand on voit Ménard qui s’attaque aux kebabs, on peut extrapoler facilement!). Rappelez-vous des émeutes de 2005 ou plus récemment des manifestations pro-Gaza à Paris en 2014, comment réagiront les banlieues à tout ça ? Combien de temps faudra-t-il avant que le pays ne sombre dans une guerre civile ?

Sources utilisées pour l’article :
http://www.slate.fr/story/109031/electeurs-juifs-musulmans-front-national
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marine_Le_Pen

Advertisements

Une réflexion sur “On a tout faux sur le FN

  1. Pingback: Pourquoi ce qui se passe en Corse est important | Geeks and Politics

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s