Tu es juif ou tu es français ?

drapeau

Tu es d’abord français ou d’abord juif ? Pourquoi es-tu si passionné lorsque l’on parle d’Israël ? Juif, ça n’est pas une nationalité, non ?

Toutes ces questions, je les ai entendues dans tous les sens. Je peux concevoir qu’il n’est pas évident parfois, pour mes compatriotes non juifs, de faire la part des choses.

La réponse commence par une réponse simple : un français juif est d’abord français. Même s’il vous soutient parfois le contraire, il se trompe. Où qu’il aille dans le monde ailleurs qu’en France, il ne se sentira pas chez lui et il ne sera d’ailleurs pas considéré autrement que français. Sa judéité sera au maximum un détail. Sa culture, son humour, sa manière de vivre, sont français. Même en Israël, il sera toujours « le français ».

Evidemment l’identité d’un individu ne s’arrête pas à sa nationalité. Sa région, sa ville, ses passions, ses origines, etc. composent son identité de la même manière que sa religion.

Mais toi, tu n’es pas religieux, pourquoi tu nous bassines toute la journée avec les juifs ?

Parce qu’on ne me laisse pas le choix.
Parce que quand Merah tue des enfants juifs, il n’y a que 10 000 personnes (et quasiment que des juifs) qui manifestent dans les rues de Paris contre 4 millions pour les attentats de Charlie.
Parce qu’il y a un an dans les rues de ma ville, on criait « mort aux juifs » sans que personne (à part les juifs et quelques politiques jewish-friendly) ne réagisse.
Parce que les salopards comme DIeudonné ou son pote Soral remplissent les salles et ont des centaines de milliers d’adeptes. Parce que le BDS, qui appelle au boycott des produits israéliens en soi-disant solidarité avec les palestiniens, révèle quotidiennement sa haine du juif en généralisant leurs appels au boycott aux artistes juifs (comme le chanteur juif américain Matisyahu) ou aux produits cachers. Ce sont eux qui plantent les graines de l’antisémitisme des quartiers. Ce sont eux qui donnent des idées aux plus fous.

Mais aussi parce qu’encore aujourd’hui toutes les synagogues et tous les lieux qui ont un lien avec le judaïsme ont besoin d’avoir une voiture de police en permanence et parce que des soldats armés jusqu’au dents doivent rester devant nos écoles jours et nuits pour que l’on puisse simplement vivre sans se faire canarder par un terroriste islamiste. Je refuse que ce quotidien finisse par devenir normal.

Parce qu’il ne peut pas y avoir un seul post sur Internet où l’on parle d’un artiste juif, d’une personnalité juive ou de n’importe quoi en rapport avec Israël ou les juifs sans qu’il y ait un déferlement de commentaires antisémites. Je vous mets au défi de trouver UN SEUL post d’un journal (Huff Post, Libé, le Figaro, BFM, etc.) qui me donne tort. 

En écrivant tout ça, j’espère faire réagir non pas seulement les juifs acquis à ma « cause » mais mes compatriotes non-juifs : musulmans, catholiques, protestants, orthodoxes, boudhistes, athées, etc. On a besoin de vous. On a besoin que vous rejetiez en bloc tout cela avec autant de fermeté que celle dont on a fait preuve lorsque l’on défendait notre liberté d’expression.

Pourquoi cet attachement si passionné à Israël, ça n’est pas ton pays ?

D’abord parce qu’Israël est la terre de mes ancêtres, la terre du peuple juif depuis le début, la terre où lorsque tu creuses n’importe où tu trouves des vestiges de plusieurs milliers d’années qui racontent notre histoire.

Aussi pour ce que ce pays représente. Tous ces juifs persécutés, comme l’ont été mes grands-parents et arrières grands-parents, depuis des siècles en Europe ou dans les pays du Golfe, qui se sont réfugiés sur la terre de leurs ancêtres pour fonder cet Etat où ils sont enfin à nouveau chez eux (la définition du sionisme) est quelque chose de bouleversant. Tout le chemin parcouru depuis. Tout ce que ce pays a pu accomplir en si peu de temps.

Egoïstement aussi je dois l’avouer, même si je suis français avant tout, je ne suis pas tranquille et je ne suis pas tranquille pour ma famille. Israël c’est aussi notre plan B. Le plan B de tous les juifs d’Europe et du reste du monde.

En attendant, je vais continuer à me battre pour que l’on reste sur le plan A… J’en profite pour demander à Madame Hidalgo de corriger les agendas distribués par la mairie de Paris aux élèves du CM2 où Israël à été rayé de la carte, remplacé par la Palestine (il n’existe pas encore d’Etat Palestinien, mais une Autorité Palestinienne, par contre, jusqu’à preuve du contraire Israël existe).

Comme le monde va bien, mettons l’Iran sur la route de la bombe nucléaire

BombeA

Loin de nos problèmes de chômage, de crise économique ou de la crise des migrants, il se trame quelque chose qui va peut-être ouvrir la prochaine page sombre de l’histoire de l’humanité.

Alors qu’il ne fait strictement aucun doute que l’Iran cherche depuis des années à s’armer de la bombe nucléaire, les Etats-Unis en tête, sous la complicité de quelques autres pays dont la France, ont jugé utile de lever les sanctions et d’autoriser l’Iran à enrichir de l’uranium.

Il est bon de rappeler que l’Iran est l’un des principaux pays qui soutient et organise le terrorisme, que c’est un pays gouverné par des islamistes qui passent leur temps à cracher sur l’Occident, à bruler des drapeaux américains et à appeler à « rayer Israël de la carte ». Mais nous, on trouve qu’ils devraient avoir une bombe nucléaire parce que ça serait plus drôle !

Oh wait ! Ils nous ont dit qu’ils voulaient uniquement utiliser le nucléaire pour avoir des centrales électriques et, cerise sur le gâteau, pour prouver leur bonne foi, ils vont mandater des experts pour se surveiller eux-même. Obama et Fabius sont d’accord, tout va bien, on peut leur faire confiance. Obama, prix Nobel de la Paix, veut tellement devenir un Président qui a marqué l’Histoire qu’il est prêt à vendre sa mère pour être le premier Président américain à l’avoir fait.

Pour finir avec une phrase digne du Gorafi, nos chers écolos qui sont prêt à mourir pour que l’on ferme ne serait-ce qu’une centrale nucléaire en France soutiennent le nucléaire iranien ! Surement l’idée de rayer Israël de la carte leur a fait oublier que le nucléaire, c’est en principe pas leur truc (Cf le lien ci-dessous).
http://eelv.fr/newsletter_archive/erratum-nucleaire-iranien-la-france-ne-doit-pas-ceder-a-la-pression-israelienne/

L’humanité a échoué et l’humanité c’est nous.

Quand la photo du petit Aylan a été publiée, comme beaucoup d’entre vous, je suis tombé dessus sur Facebook. Je suis resté tétanisé. J’ai pleuré. J’ai un fils du même âge que j’aime plus que tout au monde et en une fraction de seconde j’ai visualisé la détresse qui a pu pousser la famille d’Aylan à prendre ces risques au péril de leurs vies pour survivre. Et l’horreur absolue de voir qu’ils ont échoué et que le petit Aylan est mort. Nous ne pouvons plus rien y faire.

Je me suis souvent demander comment pendant la seconde guerre mondiale, les gens avaient pu laisser faire de telles atrocités. Rien ne change. En 1939, l’Amérique ferma sa frontière à un paquebot de 908 réfugiés juifs (http://www.slate.fr/story/106249/1939-amerique-refoulait-refugies-juifs). Les préoccupations étaient les mêmes, la crise de 29, les emplois, la peur de devoir partager son pain… En 2015 les garde-côtes grecs ont intercepté un bateau où était la famille d’Aylan. Ils ont du faire demi-tour pour ensuite prendre cette autre embarcation qui leur a été fatale.

Nous connaissons les coupables, ceux que fuit une grosse partie de ces réfugiés : l’Etat Islamique mais la non assistance à personne en danger est également condamnable. Nous aurions pu éviter cela. Et surtout nous pouvons en éviter d’autres.

Ne pas tout confondre en disant que « Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde »
Il ne faut pas confondre ceux qui cherchent à venir en Europe à la recherche d’un meilleur confort, d’une meilleure situation économique, etc. Dans ces cas de figure, l’immigration est régulée dans tous les pays d’Europe et c’est normal.
Les réfugiés qui cherchent à fuir la mort et les massacres ne doivent être en aucun cas refoulés à nos frontières.

Ne pas se dédouaner parce que d’autres sont aussi coupables que nous.
J’ai lu de nombreux articles qui accusent l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats, et les autres pays du Golfe de n’accueillir aucun réfugié. C’est vrai, c’est une honte, d’autant plus quand on connait les situations économiques de ces pays et leur proximité avec la Syrie, mais ça n’est pas une raison pour en faire de même.

Arrêter de faire de la philosophie de comptoir
L’énergie dépensée à savoir si il fallait publier la photo ou non est désespérante. Arrêtons de vivre dans un monde de Oui-Oui. Avec l’horreur que vivent les chrétiens d’Orient, les yazidis, les musulmans persécutés par l’EI, etc. dont nous sommes tous conscients, moi le premier, c’est bien l’abomination de cette photo qui fait la différence et nous fait réagir. Parce qu’en un instant c’est devenu concret. C’est peut-être du « marketing », c’est surement horrible qu’il faille cela pour que nous réagissions, mais c’est comme ça. Alors au lieu de philosopher en essayant de mettre en avant son humanisme en disant que nous, nous n’avions pas besoin de le voir pour savoir à quel point c’était horrible, agissons !

Ce que nous pouvons faire
D’abord faire pression sur nos politiques pour que de vraies mesures soient prises et que plus jamais nos frontières ne soient fermées aux réfugiés qui sont en danger de mort. Et pour que la communauté internationale agisse militairement pour dézinguer l’Etat Islamique. Pourquoi tout ce temps ? Pourquoi autant de passivité ?

Il y a des réfugiés qui ont réussi à passer en Europe. Certains vivent autour du periph parisien dans des conditions précaires (http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/23/a-saint-ouen-la-situation-de-200-refugies-syriens-souligne-les-carences-du-systeme-d-asile_4405653_3224.html).

Nous pouvons les aider. Il y a des associations qui agissent. Nous pouvons donner de l’argent et/ou du temps.
http://www.huffingtonpost.fr/2015/09/04/comment-aider-migrants-refugies-mediterranee_n_8087994.html?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001

Loin de tout ces débats, le petit Aylan est mort. Qu’il n’y en ait plus d’autres.

11988227_763664330411278_1230461071250366957_n