Pourquoi nous nous dirigeons vers une guerre civile

Capture d’écran 2015-07-13 à 13.43.07

Nous nous dirigeons vers une guerre civile et il semblerait qu’à part quelques français d’origine libanaise qui ont une impression de déjà-vu, peu de nos compatriotes en sont conscients.

Sans vouloir être alarmiste, il suffit d’analyser un peu la situation pour réaliser que nous sommes dans un cercle vicieux qui nous conduit tout droit vers cette guerre.

Un terreau bien favorable :
Depuis la fin des années 90 il y a une montée incontestable de l’islamisme radical en France et dans le monde. Le 11 septembre 2001 a été la prise de conscience du monde occidental de cette montée et du danger qu’elle représente. C’est probablement à partir de cette même date que l’islamophobie (cette peur et ce rejet de l’Islam) est né.

La repression, la stigmatisation et l’irresponsabilité des médias catalysent la radicalisation
Depuis le 11 septembre 2001, on s’interroge sur l’Islam. Religion de paix ou religion intolérante et violente ? Est-elle compatible avec la République ? Et pourtant le fond du problème n’est pas là.
Est-ce que des individus commettent au nom de l’Islam des atrocités ? Oui.
Est-ce qu’il existe un pays musulman où l’on peut vivre son homosexualité, sa différence religieuse ou même sa féminité sans être inquiété ? Non.
Mais est-ce qu’une religion, quelle qu’elle soit, poussée à l’extreme, peut être compatible avec la République ? Les buchers de l’inquisition d’hier n’étaient pas plus compatibles avec la République que l’Islam radicale d’aujourd’hui.
Le problème est surtout la progression de la radicalisation chez les jeunes musulmans. Pourquoi les prêcheurs radicaux arrivent aussi bien à les radicaliser, notamment en France ? C’est sur ce point qu’il faut s’interroger.

La logique est simple. Ces dernières années ces prêcheurs font leur propagande autour d’idées nauséabondes selon lesquelles les musulmans français seraient rejetés par les français non musulmans, la France ne respecterait pas leurs traditions en interdisant le port du voile, etc. Que les juifs (appelés les « sionistes » pour laver leurs propos de tout antisémitisme) massacrent leurs frères en Palestine et que la France est complice.

Parallèlement, les médias (de droite comme de gauche) renforcent ces idées en publiant tous les jours au moins un sujet pointant du doigt l’Islam. Ils exacerbent la haine des juifs en livrant continuellement depuis des décennies une vision biaisée et partisane des événements au Proche-Orient. Cette vision consiste à faire passer les israéliens pour des bourreaux avides de sang qui massacrent régulièrement des enfants palestiniens (argument repris par Merah lorsqu’il a assassiné les enfants juifs pour « venger les enfants palestiniens »).

Le français musulman se sent donc de plus en plus stigmatisé, il se sent différent. Parfois cela va plus loin, il a la haine. Il devient la proie idéale pour l’islamisme radical. On lui a pointé les coupables de son mal-être : la France et le juif.

La radicalisation entraine les émeutes et les attentats
Ces musulmans français radicalisés ne se sentent plus français. Ils ne respectent plus la France, sa police, ses institutions, ses lois. Toutes les raisons sont bonnes pour créer des émeutes, des violences et des destructions. Que ce soit lors des événements de Villiers Le Bel, à l’occasion d’un match remportée par l’Algérie ou lors des manifestations pro-palestiniennes l’été dernier où nous avons pu assister à des scènes de guerre civile en plein Paris. Et c’est de pire en pire, de plus en plus violent et sans limite…

Quoi de mieux d’ailleurs que cet exemple du conflit israélo-palistien pour se motiver ? A l’origine ce qui ne devrait être qu’un conflit « classique » de territoires bien loin de chez nous est devenu le symbole de ce conflit de civilisation. Ce conflit qui oppose le monde occidental moderne au monde islamique radical.

Même l’extreme gauche s’y retrouve en y voyant un conflit entre le capitalisme (symbolisé par Israël et ses start-ups) face au petit peuple (symbolisé par les palestiniens). Mais ne nous y trompons pas, en réalité le sort des palestiniens n’intéresse ni les uns ni les autres, ça n’est qu’un prétexte pour exprimer leur antisémitisme et leur rejet du monde occidental tel qu’il est. Quand ces mêmes palestiniens sont assassinés en Syrie par l’Etat Islamique, personne ne manifeste, ni l’extrême gauche ni les musulmans radicaux.

La haine du juif est donc intrinsèquement liée aujourd’hui à la haine de la France, à la haine de notre monde.

Depuis les 8 et 9 janvier, les français l’ont réalisé. La tentative d’attentat dans une église et plus récemment la décapitation d’Hervé Cornara ne laissent plus de place au doute. Mais je ne peux que regretter qu’ils ne l’aient pas réalisé plus tôt quand nous n’étions que 10 000 (et majoritairement des juifs) à manifester à Paris contre l’horreur des attentats de Merah qui a froidement assassiné des enfants parce qu’ils étaient juif, alors que nous étions plusieurs millions le 11 janvier à défendre notre liberté d’expression…

Les émeutes et les attentats renforcent la stigmatisation, l’amalgame et la haine

Ces émeutes, ces attentats, ces articles en permanence qui soulignent les excès de l’Islamisme radical entrainent un rejet généralisé. La montée de l’islamisme radical qui ne préoccupait que l’extrême droite il y a encore quelques années devient aujourd’hui la préoccupation de tous les français. La gauche se droitise, la droite se renforce et l’extrême droite monte en flèche. Voilà ce qui boucle ce cercle vicieux. Chaque tour nous montons d’un cran.

Quels sont les prochaines étapes ?
On peut assez facilement imaginer (puisqu’on le constate déjà) une politique de plus en plus droitière et d’ici quelques années un parti d’extrême droite au pouvoir prenant des mesures ouvertement anti-islam à l’instar des quelques maires d’extrême droite actuels. Il s’en suivrait une radicalisation encore plus forte, des attentats encore plus sanglants, des émeutes qui se transforment en véritables guerres civiles.

————————————————

Ces musulmans qui agissent pour casser ce cercle vicieux

Malgré ce cercle vicieux qui nous conduit vers la guerre civile, il y en a qui tentent courageusement de le casser. Certains d’entre eux le font en risquant leur vie.

– Latifa Ibn Ziaten, mère de l’une des victimes de Merah, elle milite contre l’Islam radical, contre les préjugés, contre l’ignorance et la peur de l’autre. Elle a récemment emmené plusieurs jeunes de banlieue en Israël pour qu’ils découvrent la réalité de la situation là bas aux antipodes de ce que servent nos médias.
– Imam Chalghoumi, Imam de Drancy, considéré comme un « vendu » par de nombreux musulmans. Il est le premier à publiquement s’exprimer contre les dangers de l’islamisme radical. Il incarne à lui seul la bonne raison de ne pas faire d’amalgame. Pour ses prises de positions courageuses, il doit maintenant faire l’objet d’une protection policière permanente.
– L’association musulmane d’Arlon en Belgique qui s’est cotisée pour sauver une synagogue est un joli bras d’honneur à l’antisémitisme des quartiers.

Terrorisme : Protection zéro en France

logo-vigipirate-alratt

La peur n’évite pas le danger mais la vigilance a largement plus de chances de vous sauver que le plan vigipirate écarlate, au niveau le plus élevé, que même dans tes rêves t’as pas vu un vigipirate pareil.

Les politiques le disent à tour de rôle avec cette formule choc « la question n’est pas de savoir si d’autres attentats auront lieu, mais quand et où ils auront lieu ? ».

Vu le niveau zéro de protection dans les gares, dans les centres commerciaux, etc. On peut effectivement se demander où ! Les terroristes ont le choix !

J’ai amené mon fils à la gare d’où il est parti en vacances avec ses grands-parents (comme des milliers de français). Aucun contrôle ni à l’accès au quai ni à l’accès aux trains. J’aurais pu très facilement rentrer dans n’importe quel train déposer une bombe et repartir tranquillement. A Barcelone, dans les gares, les contrôles sont les mêmes qu’à l’aéroport. Ca parait fou qu’avec tout le blabla de nos politiques, nous n’ayons pas ce minimum de protection.

J’ai été au centre commercial « les 4 temps » à la défense, idem. Aucun contrôle, rien, pas même un type qui fait semblant de regarder ton sac alors que le centre des 4 temps a été explicitement menacé par les terroristes.

Il faudrait peut-être arrêter de nous prendre pour des cons et admettre que NOUS NE SOMMES PAS PROTÉGÉS !

Alors que 180 détonateurs et des explosifs ont été volés à Miramas hier, il serait peut-être temps d’admettre l’incapacité de notre pays à faire face et de demander la plus grande vigilance à nos concitoyens. Il n’y a que ça qui pourra éventuellement nous sauver.

Où que vous soyez, regardez autour de vous. Si vous voyez un sac abandonné, éloignez vous et appelez immédiatement la police. Evitez les lieux à forte fréquentation. Privilégiez la voiture, le scooter ou le vélo plutôt que le métro ou le bus pour vos déplacements en ville. Pour vos vacances, privilégiez l’avion ou la voiture plutôt que le train. Si vous voyez une personne anormalement couverte (avec un manteau sous 30°) dans un lieu de forte fréquentation, éloignez vous. N’ayez pas peur d’en faire trop. Il vaut mieux s’inquiéter pour rien. Et avec vigipirate écarlate, chacun pour sa peau !