Elections départementales 2015 : Le bordel des résultats du premier tour

Capture d’écran 2015-03-23 à 11.33.19

 

Source : Ministère de l’Interieur

Si vous ne faites pas parti des 49,83% d’électeurs qui n’ont pas été voter hier, vous avez sans doute essayé de vous intéresser aux résultats des élections départementales 2015. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est bien le bordel.

Chacun donne des résultats à sa sauce en fonction de qui il regroupe dans quoi. Au final tout le monde semble content des résultats :

– L’UMP y voit évidemment un signe fort des français qui veulent une alternance crédible.
– Le PS a multiplié par deux, divisé par 3, puis a pris la racine carré de pi qu’il a additionné au coefficient multiplicateur de la distance Terre-Lune pour finalement trouver un résultat qu’il juge très satisfaisant.
– Le FN essaye toujours au moment où j’écris ces ligne de trouver une formule de calcul qui permette de le positionner comme premier parti de France.
Et les autres (EELV, Front de Gauche, Modem, etc.). On ne sait pas vraiment pourquoi on les voit encore sur les plateaux télé.

Alors que faut-il en tirer de tout ce bordel ?

Clairement : La vérité est ailleurs. On nous embrouille depuis hier d’une manière assez indécente.
Le FN a fait un carton, le PS s’est bien vautré et la droite a assuré mais doit son bon résultat notamment grâce à son alliance avec le centre.

Le FN est arrivé en tête dans 43 des 98 départements où l’on votait. Aux Cantonales de 2011, il était dans 399 cantons au 2e tour (394 duels, et 5 triangulaires). Aux départementales de 2015, il est présent dans 1100 cantons (772 duels, 297 triangulaires et 1 quadrangulaire). C’est donc une progression spectaculaire, qu’on le veuille ou non.

La gauche est éliminé de 524 cantons sur 2054 dès le premier tour. Elle pourrait, selon une étude Opinionway, perdre 42 des 61 conseils départementaux qu’elle dirige aujourd’hui. C’est donc une belle plantade comme il est difficile de faire pire.

La droite pourrait, après le second tour, selon la même étude, diriger 71 départements. Ce qui serait un succès assez indécent mais surtout dû aux duels face au FN qui vont se traduire par une victoire de la droite (front républicain) après le report des voix de la gauche.

Conclusion : Sur le plan national, cela informe sur une tendance : En nombre de voix la droite remonte +4,5% par rapport aux Cantonales de 2011. La gauche perd environ -3,2%. Et le FN monte de +10% !

Sur le plan des départements, la conséquence de ces élections est largement en faveur de la droite qui peut prévoir 71 départements, et catastrophique pour la gauche qui risque d’en perdre 42 et d’en garder que 19. Le FN restera marginal ce coup ci avec 1 ou 2 départements après le second tour.